Une pratique décorative de la civilisation maya il y a 2500 ans.

L’idée de décorer sa dentition avec des bijoux n’est pas venue des rappeurs.

Des archéologues mexicains ont étudié des dents vieilles de 2500 ans incrustées de pierres précieuses.

Il s’agit de dentitions d’amérindiens issues des collections de l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique. Les scientifiques estiment que l’inclusion de ces pierres sur des dents avaient avant tout un but décoratif, sans être réservée à une classe sociale.



Les apports de la civilisation maya vont bien au-delà de leurs constructions majestueuses, qui témoignent de leur profonde connaissance de l’architecture, que l’on peut aujourd’hui voir dans d’immenses pyramides et temples encore debout et construits sans aucune technologie. Les Mayas connaissaient également les dents humaines et leurs soins. Ils ont donc laissé des traces de leur traitement de la dentisterie esthétique.

La civilisation maya a appliqué la technique des incrustations dentaires, ils ont commencé à utiliser les alvéoles des coquillages marins pour effectuer des implants dentaires pour remplacer les pièces tombées, mais ont également profité de l’insertion des pierres précieuses telles que jade, quartz ou obsidienne dans les pièces dentaires qui ont été placées dans les dents.

Le niveau de connaissance sur les prothèses dentaires augmentait, au point que les aristocrates avaient leurs propres dentistes, spécialisés dans les techniques d’incrustation dentaire, et plaçant des ornements avec des pierres et des métaux qui simulaient des bijoux, afin d’augmenter l’attrait ou la beauté des dentiers, qui aujourd’hui ressembleraient à quelque chose d’extravagant et d’inapproprié.

Ces dentistes mayas avaient l’habitude de couper ou limer des dents afin de les rendre plus frappantes et plus belles, selon le concept de beauté qu’elles utilisaient à l’époque ; il y a même des preuves archéologiques, qui consistent en des prothèses avec de petits trous dans lesquels des pierres précieuses ont apparemment été localisées, ce qui confère au sourire une beauté rayonnante ; cela aujourd’hui serait un sourire très coûteux.

Le résultat de ces procédures était pratiquement parfait, ce qui a démontré le niveau élevé de connaissances qu’il possédait en dentisterie, témoignant d’une grande maîtrise de la technique, du pouls et de la précision, puisqu’ils évitaient les dommages à la dent et au nerf.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 11 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.