Une étude identifie des cellules dans la gencive qui protègent contre la parodontite

PHILADELPHIA, US / CHENGDU, Chine: Malgré les progrès importants réalisés en matière de santé bucco-dentaire, la parodontite reste la cause la plus fréquente de perte de dents, ainsi que la sixième maladie infectieuse la plus répandue dans le monde.

La découverte d’un nouveau type de cellules dans le tissu épithélial du parodonte qui contribue à la protection contre les bactéries nocives a donc suscité un regain d’intérêt pour l’idée que notre système immunitaire pourrait jouer un rôle clé dans cette maladie.

L’étude a été menée par des chercheurs du Monell Chemical Senses Center, un institut scientifique indépendant à but non lucratif, travaillant aux côtés de scientifiques de l’Université du Sichuan à Chengdu en Chine. En examinant les gingives de souris, ils ont constaté la présence de cellules chimiosensorielles solitaires (CSC) et l’expression de plusieurs types de récepteurs du goût, ainsi que de la protéine gustducine. Le rôle des CSC est de détecter les irritants et les bactéries présents, qui ont déjà été détectés dans les voies urinaires, les intestins et les fosses nasales.

En général, il a été constaté que les souris sans gustducine dans leurs cellules SCC avaient un micro-biome buccal plus nocif que celles contenant de la gustducine. De manière cruciale, ces différences dans la composition de la flore buccale ont été identifiées avant la perte de tout os parodontal, ce qui implique qu’elles pourraient être considérées comme un précurseur de la parodontite et pourraient être utiles pour l’identifier plus tôt.

«Notre étude s’ajoute à une liste croissante de tissus contenant des CSC et indique que les voies moléculaires communes des CSC des gommes sont impliquées dans la régulation du microbiote oral», a déclaré le Dr Marco Tizzano, chercheur au Monell Chemical Senses Center. -auteur de l’étude. « En l’absence de signalisation du goût dans les gencives, le micro-biome oral a été modifié chez des souris sans sucette. »

Sur la base de cette étude et d’autres travaux non publiés concernant les humains, l’équipe de recherche a suggéré que les CSC parodontaux chez l’homme pourraient jouer un rôle de réglementation similaire en ce qui concerne nos microbiomes oraux.

L’étude, intitulée «Les cellules chimiosensorielles solitaires gingivales sont des sentinelles immunitaires contre la parodontite» (Gingival solitary chemosensory cells are immune sentinels for periodontitis), a été publiée en ligne le 3 octobre 2019 dans Nature Communications

Source: Le site Le courrier du dentiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.